Avant l’invasion de la Chine en 1950, le Tibet a conservé pendant des siècles une culture, une religion et une langue uniques.

Aujourd’hui, cette culture est menacée par l’immigration chinoise massive et le contrôle strict de toutes les expressions de la culture et de l’identité nationale tibétaine.

La Chine s’enorgueillit d’investir massivement au Tibet, mais son développement économique vise avant tout à consolider son emprise sur le Tibet et à renforcer sa capacité à exploiter les ressources naturelles du Tibet. Le développement économique a amélioré les conditions de vie de certains Tibétains, mais il favorise massivement les migrants chinois, ce qui continue de désavantager économiquement les Tibétains.

Comme d’autres pays dans le monde, le Tibet a beaucoup changé au cours des 65 dernières années. Cependant, les Tibétains continuent de s’efforcer de préserver leur culture et de résister aux politiques oppressives au quotidien.

Histoire du Tibet

« Le gouvernement chinois veut que je dise que le Tibet fait partie de la Chine depuis des siècles. Même si je fais cette déclaration, beaucoup de gens riraient. Et ma déclaration ne changera pas le passé. L’histoire, c’est l’histoire. »

  • le 14e Dalaï Lama

Carte montrant l’emplacement du Tibet
Le Tibet a une longue et riche histoire en tant que nation coexistant avec la Chine, tandis que le pouvoir politique en Asie s’est déplacé entre empires et royaumes. En 1913, le 13e Dalaï Lama a publié une proclamation réaffirmant l’indépendance du Tibet et le pays a conservé son drapeau national, sa monnaie, ses timbres, ses passeports et son armée.

Après la révolution communiste chinoise de 1948, elle a envahi le Tibet en 1950. Débordé, le Tibet a été contraint de renoncer à son indépendance. Après l’échec d’un soulèvement contre le régime chinois en 1959, le 14e Dalaï Lama – le chef politique et spirituel du Tibet à l’époque – s’est exilé en Inde, suivi par des dizaines de milliers de Tibétains. Depuis 1959, le gouvernement chinois exerce un contrôle politique total sur le Tibet, utilisant tous les outils de répression pour dissuader et punir la résistance tibétaine.

La religion du Tibet


La culture et l’identité tibétaines sont indissociablement liées au bouddhisme tibétain.

La pratique religieuse et les principes bouddhistes font partie de la vie quotidienne de la plupart des Tibétains. Les moines et les nonnes jouent un rôle clé dans leurs communautés, en fournissant des conseils et une éducation. Ils sont souvent très actifs dans la protection et la promotion de l’environnement, de la langue et de la culture du Tibet.

Presque tous les Tibétains sont profondément attachés au Dalaï Lama et son exil et son traitement par le gouvernement chinois sont sources de chagrin et de colère.

L’allégeance des Tibétains au Dalaï Lama et au bouddhisme tibétain est considérée comme un danger pour l’État chinois occupant et, par conséquent, tous les aspects de la pratique religieuse sont étroitement surveillés et contrôlés.

Le simple fait de posséder une image du Dalaï Lama peut entraîner des arrestations et des tortures. Les moines et les nonnes sont fréquemment la cible de restrictions en matière de sécurité et représentent une proportion importante des prisonniers politiques au Tibet.

La Chine prévoit de remplacer l’actuel Dalaï Lama par sa propre marionnette après sa mort. S’il vous plaît, agissez maintenant pour résister à ce plan et protéger la liberté religieuse au Tibet.

Le Tibet aujourd’hui


Le Tibet est riche en traditions et certains Tibétains, en particulier les nomades, ont des modes de vie qui ont peu changé au fil des générations. C’est aussi un pays moderne avec de nombreux Tibétains urbains qui vivent dans des villes animées.

Les communications sont très importantes pour les Tibétains et l’utilisation des téléphones portables et d’Internet est très répandue, y compris dans certaines des régions les plus reculées du Tibet. Alors que la Chine tente d’empêcher les Tibétains d’accéder aux médias et aux influences étrangères, les Tibétains travaillent dur pour contourner les restrictions et s’engager avec le monde au-delà de leurs frontières.

Beaucoup de jeunes cherchent de nouvelles façons de résister à la domination chinoise et de préserver la culture tibétaine. Il s’agit notamment du mouvement Lhakar ou  » mercredi blanc  » – une pratique par laquelle les Tibétains promeuvent leur propre culture, parlent leur propre langue, magasinent exclusivement dans les magasins tibétains et portent des vêtements tibétains ; chacun d’eux est un rejet de la règle chinoise.

La vie traditionnelle tibétaine


Traverser le plateau tibétain tout en élevant des yaks et d’autres animaux est un mode de vie au Tibet depuis des siècles.

Depuis le début des années 1990, la Chine cherche à imposer son contrôle sur le Tibet en détruisant le mode de vie nomade. Il a déplacé plus de deux millions de nomades tibétains des terres dont ils vivent depuis des générations vers des campements urbains en forme de casernes. D’après ce qu’ils savent, les nomades sont confrontés à la pauvreté, au chômage et à l’exclusion sociale.

Les nomades tibétains ont protesté contre les programmes de réinstallation ainsi que contre les projets chinois d’exploitation minière et de construction de barrages qui menacent leur environnement. Souvent, ils résistent aux constructions qui menacent d’endommager les lacs et les montagnes sacrés.

Une violation des traditions ?


« Les Tibétains n’apprennent pas la valeur de la terre par la science, mais par notre religion et la façon dont nos ancêtres ont protégé notre terre pendant des milliers d’années. La destruction de la terre, l’exploitation minière des montagnes sacrées et des lacs sacrés, sont plus que la pollution et la destruction de l’environnement. C’est une violation de notre tradition, de nos croyances religieuses et la destruction de l’héritage de nos ancêtres. » – Tibetan interviewé par Tibet Watch

Langue et éducation
La langue tibétaine est complètement séparée des langues chinoises et utilise même un alphabet et une écriture différents. Cependant, à l’intérieur du Tibet, il est menacé, car le chinois l’a remplacé comme langue officielle des affaires, de l’éducation et du gouvernement.

L’enseignement primaire et secondaire est dispensé principalement en mandarin, le tibétain étant la langue seconde. Les examens d’entrée dans les universités sont en chinois. En conséquence, certains jeunes Tibétains ne savent plus lire et écrire le tibétain.

De nombreux Tibétains s’efforcent de préserver la culture tibétaine, par exemple en dispensant un enseignement de la langue locale. Cependant, ils risquent d’être arrêtés par les autorités – comme Khenpo Kartse, un dirigeant local respecté.

Plusieurs musiciens emprisonnés ont également écrit des chansons appelant à l’utilisation de la langue maternelle des Tibétains, comme Kalsang Yarphel (voir vidéo) qui a été condamné à quatre ans de prison.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *