La Chine a dénoncé la décision du Conseil municipal de Paris d’accorder la citoyenneté d’honneur au Dalaï Lama, affirmant mardi qu’il s’agissait d’une  » autre insulte  » qui allait nuire aux relations diplomatiques.

Le sentiment anti-français ne cesse de croître en Chine depuis que le relais de la flamme olympique de Pékin a été perturbé par des manifestations lors d’une étape chaotique à Paris le 7 avril dernier.

Au cours du week-end, des manifestants brandissant des drapeaux chinois se sont rassemblés devant l’ambassade de France à Pékin et dans les points de vente du détaillant français Carrefour dans neuf villes chinoises.

De nombreux Chinois considèrent les interruptions du relais de la flamme par les militants pro-Tibet comme un affront à leur pays. Le gouvernement chinois, et la grande majorité des Chinois, considèrent que le Tibet fait partie intégrante de la Chine.

Les conservateurs, menés par le président Nicolas Sarkozy, se sont opposés à cette mesure. Sarkozy a laissé ouverte la possibilité de boycotter la cérémonie d’ouverture olympique selon que ses espoirs de dialogue entre Pékin et le Dalaï Lama se réalisent ou non.

La porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Jiang Yu, a déclaré mardi que l’initiative de Paris « s’immisce sans raison dans les affaires intérieures de la Chine, nuit gravement aux relations entre la Chine et la France ».

La décision d’honorer le Dalaï Lama  » ne sera considérée que comme une nouvelle insulte contre les 1,3 milliard de Chinois, y compris les Tibétains « , a dit Jiang.

Pékin a accusé le chef spirituel tibétain exilé d’avoir organisé de violentes manifestations au Tibet le mois dernier pour séparer la région extrême occidentale de la Chine et d’avoir tenté de saboter les Jeux olympiques de Pékin cet été.

Elle a exhorté la France à « effacer l’impact négatif de leur action erronée, à cesser de se laisser aller et à soutenir les forces indépendantistes tibétaines ».

La déclaration de Jiang ne mentionne pas Hu Jia, un militant chinois des droits de l’homme qui sera également reconnu comme citoyen honoraire de Paris. Hu a récemment été reconnu coupable d’accusations de subversion et condamné à 3½ ans de prison.

Jiang a également critiqué une réunion entre un fonctionnaire américain et le Dalaï Lama pour ingérence dans ses affaires intérieures.

Lundi, Paula Dobriansky, sous-secrétaire d’État, a rencontré le Dalaï Lama au Michigan pour discuter des récentes manifestations anti-gouvernementales dans la capitale tibétaine, Lhassa, et dans les communautés tibétaines de Chine occidentale.

Pékin a exhorté les États-Unis à  » arrêter de se livrer à des activités séparatistes et de soutenir la clique du Dalaï afin de ne pas nuire à nos relations bilatérales et à l’image des États-Unis eux-mêmes « , a dit M. Jiang.

M. Dobriansky, qui est l’envoyé spécial des États-Unis pour le Tibet, a déclaré que la réunion constituait une  » occasion opportune  » de discuter de cette question.

« L’administration Bush s’est déclarée préoccupée par la situation au Tibet et a appelé à la retenue « , a-t-elle dit. « En particulier, le président Bush a toujours soutenu la nécessité d’un dialogue entre Sa Sainteté et les dirigeants chinois. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *